Revue de presse

Cours d’histoire au secondaire. Temps perdu

Article d'Antoine Robitaille, Le Devoir, 18 mai 2016.

La réforme du cours d’histoire devra encore attendre. Dans le domaine névralgique de l’éducation, il s’agit d’une autre des nombreuses volte-face du gouvernement Couillard, confirmée par le ministre Sébastien Proulx, dont les justifications n’ont rien de clair.

Nationalisme: la CAQ seule en piste, dit Proulx

Article de Guillaume Lepage, La Presse Canadienne, 17 mai 2016.

[...]

M. Proulx a notamment reproché au PLQ sa décision de reporter l’implantation du nouveau cours d’Histoire du Québec et du Canada «pour ne pas déplaire à une minorité qui le garde au pouvoir». Il a d’ailleurs souvent répété que l’éducation était à la base de la stimulation du sentiment d’appartenance, tout comme «l’amour de la langue française».

Histoire à l’école: l’amnésie programmée

Billet de Mathieu Bock-Côté dans son blogue du Journal de Montréal, 18 mai 2016.

Certaines informations mériteraient davantage qu’un entrefilet.

Parmi celles-là, il y a l’intention annoncée de Sébastien Proulx de liquider le nouveau programme d’histoire du Québec que le ministère de l’Éducation était en train d’implanter.

Les désabusés s’en moqueront.

Pour eux, l’histoire est une série de dates périmées. Vivons au temps présent! Délivrons-nous des morts et des époques passées!

Évidemment, ils ont tort.

375e anniversaire de Montréal. Une commémoration sans histoire?

Article de Jean-François Nadeau dans Le Devoir, 7 mai 2016.

Des historiens sonnent l’alarme face à l’absence apparente de dimension historique dans les activités des fêtes du 375e de Montréal. Alors que des dizaines de projets proposés par des institutions réputées ont été rejetés, le comité organisateur se défend de négliger ce volet… et cela, même s’il reconnaît ne pas même avoir de conseiller historique.